Histoire

HISTOIRE d’ÉCOS

VICTOIRE de 1945
Inauguration de la Stèle du monument aux morts
 
Le mot de Michel JOUYET
 
« On oubliera les voiles du deuil, comme les feuilles mortes tomberont. L’image du soldat disparu s’effacera lentement ……et tous les morts mourront pour la deuxième fois ».
Monsieur le Maire, mes chers collègues du Conseil Municipal, monsieur le député, monsieur le Président de l’amicale des anciens combattants et messieurs les membres, mon capitaine et mon adjudant, Mesdames et Messieurs et chers enfants.
Cette Phrase que nous avons souhaité faire graver sur stèle au pied du monument aux morts des enfants d’Ecos ayant donné leur vie pour la France, est extraite et vient conclure « Les croix de bois » de Roland DORGELES. Il l’a écrite par pessimisme sur la nature humaine ou plutôt par réalisme sur les conséquences inexorables de la fuite du temps, 89 ans après la fin de la guerre, les acteurs, les proches ont rejoint leurs morts.
La généralisation de ces monuments aux morts à partir de 1920 est à la hauteur du traumatisme …. 1.450.000 tués, presque toutes les familles endeuillées.
Nous ne les oublierons pas et leur souvenir demeure, c’est pourquoi la municipalité a tenu à renouveler aujourd’hui le serment pris par leurs frères d’armes qui avaient eu l’immense chance d’en revenir. Nous honorons notre dette envers ceux dont les noms figurent sur ce monument et qui sont morts avant d’avoir vécu. Cette dette est imprescriptible et donc Perpétuelle.
Car la pire des choses, en vérité, est l’oubli ….cette seconde mort la plus Terrible qu’évoquait Roland DORGELES. A raison, la commune d’Ecos ne les oubliera pas.
En conservant leur mémoire, le monument et la stèle qui dorénavant l’accompagnent sont déjà un haut lieu du civisme. En y gravant le nom de tous les citoyens morts à la guerre, en faire l’appel individuel est une façon de rappeler que la République n’est rien d’autre que des citoyens. En définitive, célébrer les citoyens qui ont fait leur devoir est inviter chacun à faire le sien, sous une forme ou une autre. Ceux qui l’ont accompli jusqu’à la mort ne doivent jamais être oubliés et les honorer, c’est honorer la grandeur du Devoir Civique. Ici nous retrouvons un des traits fondamentaux de l’Esprit républicain qui rend les citoyens égaux devant la loi, comme devant la mort, et donc dans le souvenir des générations futures.
Cette cérémonie, chers Enfants, c’est aussi et surtout la vôtre, dans quelques années,vous serez adultes, donc citoyens …à vous incombera cet inlassable Devoir de Mémoire pour que
 
VIVE ECOS , VIVE LA REPUBLIQUE !!
====================
 

(HISTOIRE 1870-1871) MASSACRES À GUITRY & FORÊT-LA-FOLIE

Encore un peu d’HISTOIRE !!
Les massacres de Guitry et Forêt
Un épisode tragique de la guerre de 1870-1871 à Vexin-sur-Epte
Préambule
A l’occasion d’une recherche généalogique sur la famille PINCHON, monsieur Dominique RENAUDE
(fils de feu monsieur André RENAUDE, ex-habitant d’Écos) fut intrigué par une mention en marge
du registre de Forêt-la Folie de l’année 1870 « tué de 2 coups de feu et percé de coups
de baïonnette » qui accompagnait l’acte de décès de François Désiré LAINE.
Monsieur RENAUDE apprit que cette mention faisait référence à un évènement de la guerre de 1870-1871,
les massacres de Guitry et Forêt perpétrés le 7 novembre 1870 par les troupes prussiennes, qu’il se propose de rappeler aux habitants de la commune de Vexin-sur-Epte, en l’honneur de leurs glorieux ancêtres.
 
Rappel du contexte historique
 
Cet évènement s’inscrit dans la guerre de 1870-71 qui a opposé la France à une coalition d’états allemands menés par la Prusse du 19/07/1870, date de la déclaration de guerre par la France, jusqu’au 10/05/1871, date de signature du traité de paix à Francfort sur le Main.
Chronologie du conflit :
Déclaration de guerre le 19/07/1870.
Défaite de Sedan le 02/09/1870, abdication de Napoléon III et chute du second Empire.
Proclamation de la Troisième république le 04/09/1870.
Conflit armé sur le nord du territoire français jusqu’à l’armistice du 28/01/1871 avec comme point d’orgue
 
le siège de Paris du 17/09/1870 au 26/01/1871.
Création de l’Empire Allemand à Versailles le 18/01/1871 avec annexion de l’Alsace-Moselle (Alsace-Lorraine).
Traité de paix avec l’Allemagne le 10/05/1871 à Francfort sur le Main.
Insurrection de la « Commune » de Paris du 18/03/1871 jusqu’à la semaine sanglante du 21 au 28/05/1871, réprimée par les Versaillais sous les ordres d’Adolphe Thiers, premier président de la 3ème République.
Dans le Vexin normand, en ce novembre 1870, les troupes prussiennes affrontent des éléments de l’armée française, soutenus par des francs-tireurs locaux.
Relation des massacres
1er extrait « Vernon et ses environs » pendant la guerre de 1870-1871 de Léo Bertin – 1898
2ème extrait « La guerre dans l’ouest : campagne de 1870-1871 » Louis Paul Rolin – 1874-1870
 Les 10 victimes des massacres
Les 2 victimes de Forêt (extraits du registre NMD de Forêt des années 1863 à 1902)
Actes 29 et 30 dressés par AMAURY Benjamin Désiré, membre de la commission administrative.
CAMPIGNY Jean-François décédé le 07/11/1870 à 11h30 ” par 5 coups de feu donnés par les Prussiens (Bavarrois)” agé de 55 ans, rentier, né à Hacqueville le 29/04/1815, fils de feu Jean François CAMPIGNY et Marie Anne LEFEVRE, époux de Constance AMAURY.
Adjoint au maire de Forêt.
LAINÉ François Désiré décédé le 07/11/1870 à 5 heures de relevé ” de 2 coups de feu et percé de coups de baïonnette” agé de 55 ans, cultivateur, garde particulier, fils de feu Jacques Guy LAINÉ et Marie Suzanne BELHOSTE, époux de Marie Adélaïde BOVE. Il est né à Guitry et domicilié à Forêt, rue Féret.
Les déclarants sont Désiré LAINÉ, son fils 27ans, garde forestier domicilié à Mézières et Désiré ANCOURT, son beau-fils 26ans domicilié à Forêt.
Les 8 victimes de Guitry (extraits du registre NMD de Guitry des années 1863 à 1902)
Actes 10 à 16 dressés par BESNARD Henri, maire, officier de la légion d’honneur, assisté de Pierre Gustave DELAMARRE, Instituteur et Jacques Désiré LEMERCIER, garde particulier.
CAUCHOIS Désiré Antoine décédé le 07/11/1870 11heures du matin , journalier, né à Guitry le 18/01/1841, fils de François Désiré CAUCHOIS et Victorine Espérance GAUCLIN, époux de Emélie Anatolie DEVINGT.
STORTZ Constant décédé le 07/11/1870 à 11heures du matin ,journalier, né à Guitry le 14/10/1837, fils de feu Pierre Nicolas STORTZ et Désirée Félicie MARINIER, époux de Mélanie Emélie GOUBERT.
GOSSENT François Gabriel décédé le 07/11/1870 à 11 heures du matin ,50 ans charretier, fils de feu Pierre GOSSENT et Arsène Ursule LEBAS, époux de Caroline Rosalie DELAUNAY. 
Les 3 employés de Mr Besnard
AMOURETTE Auguste décédé le 07/11/1870 au lieu dit “Le Clos Dupré” ,24 ans domestique, né au Héron (Seine Inférieure). 
TREGUER François décédé le 07/11/1870 au lieu dit “Le Clos Desportes” ,29 ans domestique, fils de Jean Marie TREGUER et Marie Anne LE RUDILIER, né à Kergert (St Nicolas du Pélem- Cotes du Nord) .
GEORGELIN Yves décédé le 07/11/1870 au lieu dit “Le Clos Desportes” ,25 ans, domestique, né à Pestivien (arrondissement de Guingamp).
Et les décédés des suites de leurs blessures 
JOUAN Léopold Emard, décédé le 08/11/1870 à 8 heures et demie du soir, cultivateur né à Guitry le 03/01/1839, fils de Jacques JOUAN et Séverine Denise CHAPPE, époux de Marguerite Augustine MONNIER.
FLEURY Pierre frédéric , décédé le 11/11/1870 à 10 heures et demie du matin, cultivateur né à Guitry le 03/12/1848, fils d’Etienne FLEURY et Gabrielle CHENNEVAS.
Epilogue
Les monuments commémoratifs du massacre sont visibles, à Guitry, place de l’Eglise, face au monument aux morts et à Forêt-la-Folie,un calvaire place de l’Eglise.
                                                                                                                                                                                                                                                               Merci à Dominique RENAUDE
                                                                                                                                                                                                                                                                   Architecte D.P.L.G