TRISTESSE …Jean LEROY qui a beaucoup œuvré pour le Bois d'Écos, nous a quittés le 25 janvier 2020 dans sa 95e année ..La cérémonie a été célébrée en l'église Saint-Nicaise d'Écos le 30 janvier à 15h30 …Jean LEROY a été inhumé au cimetière d'Écos où sa deuxième épouse était déjà inhumée depuis plusieurs années …

HISTORIQUE du BOIS D'ÉCOS

HISTORIQUE du BOIS D’ÉCOS
QUELQUES renseignements concernant l’historique du Bois d’Écos,
communiqués par Dominique Monfilliâtre.
Le bois d’Écos appartenait à la famille Monfilliâtre).
En 1978, madame Aubert, fille de Maurice Monfilliâtre, mort à Douaumont en 1916,
se charge de mettre en vente ce bois.
Le bois est divisé en lots et la vente de ceux-ci est exposée à la foire de Paris. Une partie des lots sont achetés par des « visiteurs » de la foire, une autre partie est achetée par des habitants de la région, (CETAS: promoteur).
La vente a été effectuée par l’étude de Maître Paul Jouyet, père de Maître Michel Jouyet

QUELQUES DÉTAILS en plus

A) Bernard Taillieu Maire jusqu’en 2008

– Contrairement à ce qui a été dit quelques fois, le bois ne comportait pas de marnières,
seulement quelques affaissements ont été constatés il y a quelques années …
Propriétés des: Caignet, Mermillot, Clémentel et quelques autres (Réparations effectuées sous Catastrophe Naturelle)…
– En ce qui concerne les inondations de terrains; l’assainissement en traverse a été effectué en 2007 dans la partie « basse du bois »: Chemin de la Croix Bidoux ,
– Philippe Caignet, président du bois à l’époque, a demandé de lancer un vote
pour ou contre l’assainissement autonome. L’assainissement autonome a été choisi sous la directive et le contrôle du SPANC, certains ont dû faire effectuer des travaux au niveau de leurs fosses septiques.
– Même époque pour l’installation de nouveaux lampadaires
– Construction de butes par l’entreprise L’Espagnol, pour les amateurs de cross à vélo …
– Transfert du stade de foot à la Mairie, contre l’entretien de celui-ci

B) Michel Jouyet Maire depuis 2008

– Michel Jouyet, alors devenu Maire à la suite de Bernard Taillieu, n’a pas pu faire effectuer l’assainissement en traverse dans la « partie haute »: Chemin du Hallot et le reste, pour une raison de coût. En effet, compte tenu, d’une part, d’un montant élevé de plus de 650 000€ et d’autre part, surtout du désengagement de l’État, ces travaux n’étant plus subventionnés (à hauteur de 30 % comme par le passé). Pour autant des travaux d’assainissement ont été réalisés (Chemin du Hallot, Chemin du Poirier et Place des Genêts) et enfin la réfection du Chemin du Fossé Robert.

– Les présidents: LOVITCH, CAIGNET, JASMIN (momentanément, suite au décès de Philippe Caignet), KOLOD, MOULIN, QUÉMÉNER et RENAUD

                                                                                                  JJacques Gauthier

Histoire

HISTOIRE d’ÉCOS

VICTOIRE de 1945
Inauguration de la Stèle du monument aux morts
 
Le mot de Michel JOUYET
 
« On oubliera les voiles du deuil, comme les feuilles mortes tomberont. L’image du soldat disparu s’effacera lentement ……et tous les morts mourront pour la deuxième fois ».
Monsieur le Maire, mes chers collègues du Conseil Municipal, monsieur le député, monsieur le Président de l’amicale des anciens combattants et messieurs les membres, mon capitaine et mon adjudant, Mesdames et Messieurs et chers enfants.
Cette Phrase que nous avons souhaité faire graver sur stèle au pied du monument aux morts des enfants d’Ecos ayant donné leur vie pour la France, est extraite et vient conclure « Les croix de bois » de Roland DORGELES. Il l’a écrite par pessimisme sur la nature humaine ou plutôt par réalisme sur les conséquences inexorables de la fuite du temps, 89 ans après la fin de la guerre, les acteurs, les proches ont rejoint leurs morts.
La généralisation de ces monuments aux morts à partir de 1920 est à la hauteur du traumatisme …. 1.450.000 tués, presque toutes les familles endeuillées.
Nous ne les oublierons pas et leur souvenir demeure, c’est pourquoi la municipalité a tenu à renouveler aujourd’hui le serment pris par leurs frères d’armes qui avaient eu l’immense chance d’en revenir. Nous honorons notre dette envers ceux dont les noms figurent sur ce monument et qui sont morts avant d’avoir vécu. Cette dette est imprescriptible et donc Perpétuelle.
Car la pire des choses, en vérité, est l’oubli ….cette seconde mort la plus Terrible qu’évoquait Roland DORGELES. A raison, la commune d’Ecos ne les oubliera pas.
En conservant leur mémoire, le monument et la stèle qui dorénavant l’accompagnent sont déjà un haut lieu du civisme. En y gravant le nom de tous les citoyens morts à la guerre, en faire l’appel individuel est une façon de rappeler que la République n’est rien d’autre que des citoyens. En définitive, célébrer les citoyens qui ont fait leur devoir est inviter chacun à faire le sien, sous une forme ou une autre. Ceux qui l’ont accompli jusqu’à la mort ne doivent jamais être oubliés et les honorer, c’est honorer la grandeur du Devoir Civique. Ici nous retrouvons un des traits fondamentaux de l’Esprit républicain qui rend les citoyens égaux devant la loi, comme devant la mort, et donc dans le souvenir des générations futures.
Cette cérémonie, chers Enfants, c’est aussi et surtout la vôtre, dans quelques années,vous serez adultes, donc citoyens …à vous incombera cet inlassable Devoir de Mémoire pour que
 
VIVE ECOS , VIVE LA REPUBLIQUE !!
====================